«

»

sept
05

Silure aux leurres en Loire

Le matériel

Etant donné que l’on est amené à avoir la canne en main un long moment, il convient de prendre du matériel léger avec lequel il sera agréable de pêcher. C’est pourquoi du bord une canne de 2,70 à 3 mètres pour une puissance allant jusqu’à 160/200gr suffira. Celle-ci sera accompagnée d’un moulinet de taille 4500 ou 8000, possédant un frein puissant et garni de 270 mètres de tresse en 32/100ème.

En bateau, il est préférable d’utiliser une canne de 2,10 à 2,40 mètres pour une puissance allant jusqu’à 100/120gr combinée à un moulinet de taille 4500 garnie en tresse de 28/100ème.

 Les leurres et le montage

   La plupart des leurres convient pour le silure, cependant il faut prendre des modèles spécialement conçus pour résister à la puissance de ce poisson. Parmi ces leurres on retrouve les cuillères tournantes ou ondulantes de grandes tailles, les poissons nageurs avec une préférence pour les cranks, swimbaits ou jerkbaits et les leurres souples. En ce qui concerne les leurres souples, il faut privilégier ceux de types shad ou virgules créant des vibrations, ainsi que les leurres imitation anguille. Pour la taille des leurres souples il ne faut pas chercher la démesure et se contenter de ceux entre 14 et 19cm, les coloris flashy donnant de bons résultats (vert, orange, blanc). L’armement de ceux-ci se fait à l’aide d’une tête plombée spécifique allant de 20 à 50gr équipée d’un hameçon très résistant.

Il convient de rajouter un bas de ligne en fluorocarbone de 80/100ème d’environ 60 cm pour protéger la tresse des dents du silure et également résister d’avantage à l’abrasion car le silure n’hésitera pas à solliciter la résistance de la ligne en la frottant sur les rochers.

Celui-ci sera raccordé à l’aide d’un émerillon à la tresse du moulinet, et comportera une agrafe à son autre extrémité afin d’y attacher le leurre aisément. La discrétion du montage n’étant pas une priorité pour la pêche du silure, il ne faut pas hésiter à voir large avec une résistance entre 70 et 100kg pour les émerillons et les agrafes.

 Les spots

   Le silure étant un animal lucifuge (qui évite la lumière), il est préférable de le rechercher tôt le matin ou le soir. Il n’est pas rare de le trouver à l’affût le matin de bonne heure dans très peu d’eau, ou de le voir chasser les mulets sur les bancs de sable en fin de journée, c’est pourquoi il faut toujours prospecter les bordures en premier.

Il est tout à fait possible de le pêcher en journée, pour cela il faut mieux profiter d’un ciel couvert, et d’une nuit sombre (lune à sa périgée) obligeant les silures à se nourrir en journée.

Il faut donc les chercher sur des zones d’ombre comme les arbres, le long de cassures, dans les fosses, les couloirs profonds, à l’arrière de chutes d’eau, les pointes d’îles et tout obstacle créant des remous (ponts, digues, fonds encombrés…).

 L’animation

    La pêche au leurre consiste à chercher les poissons actifs, c’est pourquoi il n’est pas rare d’avoir une attaque dès le premier lancé. Il faut faire évoluer le leurre dans un premier temps entre deux eaux, et descendre au fur et à mesure jusqu’à être décollé d’1 mètre du fond. Les animations lentes avec des petits bons ou en linéaires sont les plus efficaces.


Le combat

   La touche est très violente et peut survenir à la descente, c’est pourquoi il faut rester concentré, bien tenir la canne et bien régler le frein du moulinet. Vu l’attaque, il n’y a donc pas nécessité de ferrer, cependant il faut tout de suite prendre contact avec le poisson et engager le combat avec autorité. Les rushs sont puissants et ne peuvent pas être stoppés ; dès qu’il est possible de reprendre du fil il faut en profiter avant un autre rush et essayer de contrer le poisson afin de le travailler dans des zones de calme en l’empêchant de prendre le courant.

Le poisson une fois fatigué, le plus simple est de l’échouer et de le saisir avec le pouce passant au-dessus du pavé de dents de sa mâchoire inférieure, les autres doigts placés à l’extérieur faisant office de pince permettant ainsi de le saisir fermement (l’utilisation d’un gant est conseillée afin d’éviter toute blessure). Une fois le poisson saisi, il faut tout de suite le soulever un peu, l’empêchant ainsi de claquer sa mâchoire sur les doigts.

===> Article rédigé par : Fab101 pour Roots-Fishing.fr

 

Articles similaires:

Laisser un commentaire